Lorsque nous avons plongé dans la Parole de Dieu et que, nos yeux s’ouvrant, nous découvrions de plus en plus les écarts entre l’enseignement de l’église catholique et celui de la bible, nos « forteresses intérieures » (c’est-à-dire nos convictions catholiques) se sont effondrées une à une. Jusqu’à ce que nous comprenions devoir faire un choix entre nos traditions et la vérité révélée.

Nous avons été bénis de vivre ce basculement vertigineux à deux, en couple, comme des compagnons d’exploration.  Pour autant, nous avons cheminé de manière personnelle, chacun avançant à son rythme, selon la lumière que le Seigneur lui donnait. J’avoue que pour ma part, la doctrine de l’eucharistie a été un bastion difficile à prendre. Peut-être parce que ma piété de jeune adulte, puis de consacrée au sein d’une communauté contemplative pendant une dizaine d’années, avait largement puisé dans l’eucharistie, à travers la messe et l’adoration du Saint-Sacrement. Ce n’est qu’après des mois intenses de prière, d’étude de la Parole, et de recherches que la grâce m’a libérée de cette doctrine.

Aujourd’hui, pourtant, je peine à contenir dans un seul article les raisons de ma conversion à une compréhension biblique de Jésus comme Pain de vie.

Alors, nous exposerons ici, non pas un argument, mais plutôt des faisceaux d’arguments. Car c’est en prenant en compte le contexte de chaque verset, et la résonnance entre différents versets et différents livres de la bible, que l’on peut saisir de manière cohérente ce que Dieu nous dit objectivement dans sa Parole. La vérité révélée s’appréhende dans une globalité.

Nous vous invitons donc à lire nos trois articles portant sur la doctrine eucharistique :

  1. La présence réelle à l’épreuve de la Bible
  2. Les égarements de la doctrine eucharistique à travers l’histoire
  3. Pourquoi l’Eucharistie catholique est anti-biblique