Les fondements de la papauté à l’épreuve de la Bible #1

Nous ne pouvons pas ouvrir notre dossier sur les fondements de la papauté, sans d’abord examiner le rôle que l’institution catholique attribue à l’apôtre Pierre dans la fondation de l’Eglise : selon le texte de Mt 16, 18, il serait le « roc » sur lequel Jésus a bâti son Eglise. 

Rappel méthodologique: comme pour chacun des articles de ce dossier, nous commencerons par rappeler l’enseignement catholique officiel tel qu’il est résumé dans le Catéchisme de l’Eglise Catholique, plus exactement dans sa dernière édition, achevée et approuvée par le pape Jean-Paul II en 1992. Ce dernier a décrit le Catéchisme comme un « texte de référence sûr et authentique pour l’enseignement de la doctrine catholique »[1]. C’est donc à bon droit que nous nous y référerons (chaque citation étant précédée du sigle CEC, pour « Catéchisme de l’Eglise Catholique », et du numéro du paragraphe concerné).

Il faut garder à l’esprit que dans tous ces textes doctrinaux, le mot « Eglise », même s’il est utilisé sans qualificatif, doit être compris au sens de « Eglise catholique », puisque dans l’optique du Magistère, la seule et véritable Eglise du Christ est l’institution catholique romaine.

Après avoir rappelé cet enseignement officiel du magistère, nous le confronterons à la lumière de la Parole de Dieu.

Voici donc d’abord quelques extraits du Catéchisme qui formulent clairement cette doctrine:

CEC 552Grâce à une révélation venant du Père, Pierre avait confessé : « Tu es le Christ, le Fils du Dieu vivant ». Notre Seigneur lui avait alors déclaré : « Tu es Pierre, et sur cette pierre je bâtirai mon Eglise, et les portes de l’Hadès ne tiendront pas contre elle » (Mt 16, 18). Le Christ, « Pierre vivante » (1 P 2, 4), assure à son Eglise bâtie sur Pierre la victoire sur les puissances de la mort.

CEC 881 : Le Seigneur a fait du seul Simon, auquel il donna le nom de Pierre, la pierre de son Eglise.

 

Que nous dit la parole de Dieu ? L’apôtre Pierre est-il, oui ou non, le Roc sur lequel a été bâtie l’Eglise ?

Pour commencer, nous vous invitons à revenir au texte de l’évangile de Mathieu qui est cité ici :

Arrivé dans la région de Césarée de Philippe, Jésus posa à ses disciples cette question: « Au dire des gens, qu’est le Fils de l’homme? » Ils dirent: « Pour les uns, Jean le Baptiste; pour d’autres, Elie; pour d’autres encore, Jérémie ou quelqu’un des prophètes ». Mais pour vous, leur dit-il, qui suis-je? Simon-Pierre répondit: « Tu es le Christ, le Fils du Dieu vivant. » En réponse, Jésus lui dit: « Tu es heureux, Simon fils de Jonas, car cette révélation t’est venue, non de la chair et du sang, mais de mon Père qui est dans les cieux. Eh bien! moi je te dis: Tu es Pierre, et sur cette pierre je bâtirai mon Eglise, et les Portes de l’Hadès ne tiendront pas contre elle.

Mt 16, 13-18
L’église catholique s’est appuyée invariablement sur ce passage biblique pour affirmer que Jésus-Christ avait fondé son Eglise sur l’apôtre Pierre. Cependant, plusieurs éléments, dans ce passage, et dans d’autres passages bibliques, contredisent une telle interprétation.

1. Le texte original en grec koinè emploie deux mots distincts: Petros et petra

Rappelons que le Nouveau Testament a été écrit dans la langue du Grec Koinè (qui, depuis le IVème siècle avant JC, s’était imposé dans tout l’Empire comme le dialecte grec le plus communément utilisé, tant à l’oral qu’à l’écrit). Or, on a beaucoup épilogué sur la différence de mots que Jésus emploie dans ce passage : Petros, pour désigner Pierre (rappelons que Jésus a donné ce nom à Simon, lors de leur première rencontre selon Jn 1, 42), et petra  pour parler de cette pierre/fondement de l’église. Les spécialistes[1] établissent une nuance de sens entre ces deux mots : le mot petros renverrait à une pierre détachée et de plus petite taille, tandis que petra renverrait à une roche massive et inamovible, « encastrée » dans une falaise comme une caverne, ou fondamentale comme un terrain rocheux. Il est difficile de vérifier la nuance de petros dans la bible puisqu’il n’est utilisé dans le Nouveau Testament que comme surnom de Pierre et non pas comme un nom commun. En revanche, on voit clairement que le mot petra est effectivement utilisé dans le sens décrit ci-dessus. On le retrouve ainsi dans la parabole de l’homme sensé qui a bâti sa maison sur le roc (Mt 7, 24 et Lc 6, 48), ou dans la parabole du Semeur, avec l’évocation des graines tombées sur le roc (Lc 8). Le mot petra évoque bien l’idée d’un terrain ou d’un rocher stable.

Outre la nuance probable entre les deux mots, il est incontestable que dans le texte original des évangiles, qui est donc en Grec koinè, Jésus emploie bien deux mots, l’un masculin (Petros), l’autre féminin (petra), qui sont apparentés mais distincts. Certes, dans la langue araméenne dans laquelle Jésus s’exprimait, il n’y a qu’un seul mot : Céphas (ou Képhas). De même, en français, nous avons un seul mot : pierre. Dans ces deux langues, le jeu de mots de Jésus est encore plus prononcé et militerait en faveur d’une identification complète entre la personne de Pierre et la pierre de fondement de l’Eglise. Néanmoins, encore une fois, ce n’est pas le cas pour le Grec Koinè dans lequel les textes bibliques inspirés nous ont été transmis. Une telle identification ne colle donc pas au texte tel qu’il a été écrit.  

2. Le focus est sur la profession de foi de Pierre et non sur sa personne

Il nous faut garder à l’esprit la question centrale que Jésus pose à ses disciples dans ce chapitre 16 :

Jésus posa à ses disciples cette question: « Au dire des gens, qu’est le Fils de l’homme ? » Ils dirent: « Pour les uns, Jean le Baptiste ; pour d’autres, Elie ; pour d’autres encore, Jérémie ou quelqu’un des prophètes. » – « Mais pour vous, leur dit-il, qui suis-je? »

Mt 16, 13-15
Jésus attend une réponse et voilà que Pierre se lance, lui qui est sans doute le plus spontané des Douze: « Tu es le Christ, le Fils du Dieu vivant. »  En réponse, Jésus lui dit:

Tu es heureux, Simon fils de Jonas, car cette révélation t’est venue, non de la chair et du sang, mais de mon Père qui est dans les cieux.

Mt 16, 17

Ainsi, Jésus reconnait le caractère divinement inspiré de la confession de Pierre, en contraste avec les opinions tout humaines véhiculées par les uns ou les autres. Paul le redira dans son épitre aux corinthiens : Nul ne peut dire : « Jésus est Seigneur », s’il n’est avec l’Esprit Saint. (1 Co 12, 3)

Puis Jésus affirme solennellement que c’est sur cette révélation du Père, déposée dans le cœur de Pierre en premier, et par la suite dans le cœur de tout homme confessant le Fils de Dieu, qu’il va pouvoir construire son Eglise. Remarquons en passant que Jésus parle au futur : « je bâtirai mon église ». Cette prophétie se réalisera à la Pentecôte, avec la descente du Saint-Esprit sur un peuple de croyants. Il fallait cette foi en la divinité de Jésus pour que l’Eglise naisse, et Pierre n’est que le premier à la confesser de sa bouche.

Notons qu’à la fin du passage, au verset 20, on insiste à nouveau sur la révélation sortie de la bouche de Pierre : « Alors il ordonna aux disciples de ne dire à personne qu’il était le Christ ».

Cela confirme que, dans ce passage, le focus n’est pas tant sur la personne de Pierre que sur sa profession de foi en la divinité de Jésus, et c’est bien dans cette lumière que le verset 18 (« Tu es Pierre, et sur cette pierre je bâtirai mon Eglise ») doit être compris.

3. Les vacillements de Pierre 

Remarquons également que, dans la suite immédiate de ce passage, c’est-à-dire au verset 23, Jésus corrige sévèrement Pierre qui venait de s’opposer à l’annonce de sa Passion:

Mais lui (Jésus), se retournant, dit à Pierre : Passe derrière moi, Satan! tu me fais obstacle, car tes pensées ne sont pas celles de Dieu, mais celles des hommes! 

Mt 16, 23
Pierre, s’il est sensible aux révélations divines, peut être aussi vacillant dans sa foi et sa fidélité : voir son triple reniement consécutif à l’arrestation de Jésus, et son incrédulité devant les premiers signes de la Résurrection. Encore une fois, c’est donc, non pas la personne de Pierre, mais son positionnement dans la foi (au verset 16), ou contre la foi (au verset 22), qui est visé par les réponses de Jésus. Le Roc dont Jésus parle en Mt 16, 18 est cette foi intemporelle et inébranlable. Elle est un don du Père. Pierre, comme tous les disciples du Seigneur, a dû apprendre à y demeurer.

4. Le catéchisme reconnait que le Roc est la profession de foi de Pierre

D’ailleurs l’église catholique elle-même valide l’interprétation selon laquelle ce Roc n’est autre que la profession de foi de Pierre :

CEC 424 : Mûs par la grâce de l’Esprit Saint et attirés par le Père nous croyons et confessons au sujet de Jésus : « Tu es le Christ, le Fils du Dieu vivant » (Mt 16, 16). C’est sur le roc de cette foi, confessée par S. Pierre, que le Christ a bâti son Eglise.

5. Les Ecritures établissent clairement le fondement de l’Eglise

Le reste des Ecritures est clair. Selon la bible :

  • L’unique fondement de l’Eglise, c’est Jésus :

    Selon la grâce de Dieu qui m’a été accordée, tel un bon architecte, j’ai posé le fondement. Un autre bâtit dessus. Mais que chacun prenne garde à la manière dont il y bâtit. De fondement, en effet, nul n’en peut poser d’autre que celui qui s’y trouve, c’est-à-dire Jésus-Christ.

    1 Co 3, 10-11
    Les« apôtres et prophètes » sont aussi désignés comme étant les fondations de l’Eglise :

    Car la construction que vous êtes a pour fondations les apôtres et prophètes.

    Eph 2, 20
    Notons que les mots « fondement » (en 1 Co 3), et « fondations » (en Eph 2, 20) traduisent un même mot grec : Themelios. Pour reprendre précisément l’image utilisée par Paul, il s’agit donc des apôtres en tant qu’ils « posent le fondement » qu’est Jésus-Christ. La fondation de l’Eglise, c’est le témoignage rendu à Christ par les apôtres (c’est-à-dire par les Douze, et par ceux qui, comme Paul, ont été associés à leur ministère). C’est l’Evangile.

 

  • Au sein de cette fondation, Christ est la « pierre d’angle » [Akrogoniaios], déjà prophétisée dans l’Ancien Testament :

    La pierre qu’ont rejetée les bâtisseurs est devenue la tête de l’angle ; c’est là l’œuvre de Yahvé, ce fut merveille à nos yeux.

    Ps 118, 22-23

Christ reprend cette prophétie à son compte en Mt 21, 42 ; Mc 12, 10 ; Lc 20, 17. Et celle-ci est largement commentée par les auteurs du Nouveau Testament :

C’est lui [Jésus] la pierre que vous, les bâtisseurs, avez dédaignée, et qui est devenue la pierre d’angle.

Ac 4, 11

Car la construction que vous êtes a pour fondations les apôtres et prophètes, et pour pierre d’angle le Christ Jésus lui-même.

Eph 2:20

Approchez-vous de lui, la pierre vivante, rejetée par les hommes, mais choisie, précieuse auprès de Dieu (…). Car il y a dans l’Ecriture: Voici que je pose en Sion une pierre angulaire, choisie, précieuse, et celui qui se confie en elle ne sera pas confondu. [Is 28, 16] A vous donc, les croyants, l’honneur, mais pour les incrédules, la pierre qu’ont rejetée les constructeurs, celle-là est devenue la tête de l’angle, une pierre d’achoppement et un rocher qui fait tomber. [Is 8, 14] Ils s’y heurtent parce qu’ils ne croient pas à la Parole; c’est bien à cela qu’ils ont été destinés.

1 P 2, 4-8

  • Nous, les croyants, sommes tous les « pierres vivantes » [Lithos] de l’Eglise.

    Vous-mêmes, comme pierres vivantes, prêtez-vous à l’édification d’un édifice spirituel, pour un sacerdoce saint, en vue d’offrir des sacrifices spirituels, agréables à Dieu par Jésus Christ.

    1 P 2, 5

 

CONCLUSION 

 

1. Le Roc [Petra] sur lequel Jésus a bâti son Eglise est la foi que nous plaçons en lui.

Nous recevons cette foi par révélation et/ou par la prédication de la Parole. Elle est solide, et même inébranlable, parce que Dieu et sa Parole ne passent pas. Comme le rappelle Pierre dans sa 1ère épitre, c’est la « Parole de Dieu, vivante et permanente »:

Car toute chair est comme l’herbe et toute sa gloire comme fleur d’herbe ; l’herbe se dessèche et sa fleur tombe ; mais la Parole du Seigneur demeure pour l’éternité. C’est cette Parole dont la Bonne Nouvelle vous a été portée. ».

1 P 2, 24

Qui donc est Dieu, hors Yahvé, qui est Rocher, sinon notre Dieu ?

2 Sam 22, 32

Qui croit en lui ne sera pas confondu.

Rm 9, 33; Isaïe 28, 16
Même si Pierre a reçu du Christ une certaine primauté (que nous définirons dans la suite de notre dossier), l’Eglise de Dieu ne pouvait être bâtie ni sur Pierre ni sur un quelconque serviteur, un homme « frêle et qui dure peu », comme le dit le livre de la Sagesse (9, 5). Elle devait être cette maison solidement bâtie sur le Roc de la foi, et finalement sur Dieu lui-même, pour être ainsi capable de résister à toutes les tempêtes. (cf. Mt 7, 24-25). C’est pourquoi Jésus prophétise de l’Eglise que les portes de l’Hadès ne prévaudront pas contre elle. Nous rendons grâce pour la foi de Pierre qui, le premier, a confessé que Jésus était le Fils du Dieu vivant. A sa suite et avec une multitude de frères, nous proclamons qu’en cette foi, nous trouvons le salut:

Dieu a tant aimé le monde qu’il a donné son Fils unique afin que quiconque croit en lui ne se perde pas, mais ait la vie éternelle.

Jn 3, 16

2. Posée sur le Roc de la foi, l’Eglise s’est édifiée sur une fondation [Thémélios] unique : Christ lui-même, et le témoignage que lui ont rendu les apôtres et les prophètes.

Les apôtres du Christ ont eu le rôle de « déposer » Christ dans l’âme des croyants de leur génération, et ensuite dans l’âme de « tous ceux qui, grâce à leur parole », croiraient en Christ (cf. Jn 17, 20). Pierre a éminemment participé à cette fondation, comme un des ouvriers majeurs de ce témoignage apostolique. Il est nommé comme une des « colonnes » de l’Eglise, à côté de Jacques et de Jean (cf. Ga 2, 9). Nous voulons rester fermement attachés à ce témoignage, tel qu’il a été consigné pour nous dans les Ecritures.

 

3. Au cœur de cette fondation, Christ est la pierre d’angle

Jésus est « Akrogoniaios », la pierre maitresse, la pierre parfaite sur laquelle tout l’édifice trouve son équilibre et sa force:

En lui, toute construction s’ajuste et grandit en un temple saint, dans le Seigneur.

Eph 2, 21
Cette pierre angulaire, qu’est le Christ, a aussi trois autres caractéristiques :

  • De même qu’une pierre angulaire unit les murs d’un bâtiment, de même Christ, par son sacrifice à la Croix, a rassemblé en lui, dans une même demeure, les « deux peuples » qui étaient autrefois séparés par une barrière de haine et de préceptes : les Juifs et les païens. (cf.Eph 2 ; Rm 10, 11). Tous les croyants sont intégrés à un unique Temple saint.

 

  • Cette pierre qui est gage d’unité et de solidité pour tous ceux qui croient en Christ, est en même temps une pierre qui fait trébucher. Elle fait buter ceux qui « au lieu de recourir à la foi, comptaient sur les œuvres » (Rm 9, 32). « Ils s’y heurtent parce qu’ils ne croient pas à la Parole ; c’est bien à cela qu’ils ont été destinés. » (1 Pierre 2, 8)

 

  • Enfin, cette « Akrogoniaios », selon son étymologie (Akron, qui signifie extrémité et gonia, qui signifie angle), est la pierre qui est placée à l’angle, et qui est également dans la position la plus élevée. Il est dit aussi, en Ac 4, 11 et 1 Pierre 2, 7, que Jésus est « la principale [Kephale] de l’angle » ou « tête de l’angle », c’est-à-dire la pierre qui est mise au sommet, pour soutenir l’ensemble. D’ailleurs dans l’Ancien Testament, l’« angle » désigne souvent le chef, le gouverneur (cf. Juges 20, 2 ; Isaïe 19, 13 ; Zach 10, 4). En somme, Christ « pierre d’angle » est à la fois la base qui porte tout l’édifice, et le sommet de l’édifice. Il est Fondement et Chef de l’Eglise. A lui soient la gloire, l’honneur et l’obéissance !

 

4. Nous sommes, chacun pour notre part, une des pierres [Lithos] qui édifient l’Eglise.

Jean Baptiste avertissaient ceux qui venaient à lui pour recevoir le baptême mais sans manifester de repentir :

N’allez pas dire en vous-mêmes : Nous avons pour père Abraham. Car je vous dis que Dieu peut, des pierres que voici, faire surgir des enfants à Abraham.

Lc 3, 8 ; Mt 3, 9
Oui, Dieu avait le pouvoir d’intégrer de nouvelles pierres vivantes à son édifice. Il s’est « acquis un peuple », en Pierre, en Jean, en chacun des Apôtres et en tous les disciples du Seigneur après eux.

Vous êtes une race élue, un sacerdoce royal, une nation sainte, un peuple acquis, pour proclamer les louanges de Celui qui vous a appelés des ténèbres à son admirable lumière, vous qui jadis n’étiez pas un peuple et qui êtes maintenant le Peuple de Dieu, qui n’obteniez pas miséricorde et qui maintenant avez obtenu miséricorde.

1 P 2, 9-10
Faisons donc monter vers Dieu nos louanges pour la grâce qu’il nous fait de devenir « pierres vivantes » à l’imitation de Jésus qui est « la pierre vivante » (1 Pierre 2, 4).


[1] Constitution Apostolique « Fidei depositum », placée en introduction du Catéchisme.

[2] Nous renvoyons par exemple au commentaire de l’Evangile de Mathieu, par Bob Utley, professeur en bible et herméneutique : XXX